Dorothée Davoise : « Je pense n'être qu'au début de mon évolution artistique »

Le 27/07/2012 à 12h07, par SFR Jeunes Talents

Partager

Dans cet article :

Dorothee Davoise

Dorothée Davoise : « Je pense n'être qu'au début de mon évolution artistique »

Lauréate du concours SFR Jeunes Talents / Le Bal en 2011, Dorothée Davoise n'en est qu'aux balbutiements de sa démarche photographique et pourtant, déjà de belles perspectives s'ouvrent à elle. Entre la fin de ses études réussies aux Beaux-Arts de Paris et ses diverses expositions, elle nous dévoile en exclusivité ses aspirations et ses motivations profondes. Interview avec une artiste pleine d'avenir.

Que s'est-il passé pour vous depuis que vous avez été désignée lauréate au concours Le Bal ?

Quand j'ai présenté le concours du Bal / SFR Jeunes Talents, je n'avais pas encore terminé mon cursus aux Beaux-Arts de Paris. J'ai obtenu en Novembre 2011 mon DNSAP avec les félicitations du jury, présidé par Chantal Pontbriand. J'ai ensuite participé à l'exposition collective Géographies Nomades regroupant les étudiants félicités des sessions 2011. Cette exposition m'a permis de faire de belles rencontres qui, je l'espère, aboutiront. Entre le passage de mon diplôme et l'accrochage de l'exposition, je suis partie un mois dans le Nord de la Grèce et sur les bords de la Mer Noire en Turquie. Je souhaitais approfondir et étoffer mon projet pour l'exposition du Bal, partir sur les traces de ma famille grecque Pontique chassée de la région vers les années 1916-1920.

D'où vous vient cette passion pour la photo ?

J'utilise la photographie depuis longtemps. La photographie est mon médium principal et constitue l’essence de mon travail. Je photographie pour voir, pour trier et recadrer le monde en le documentant. J'ai besoin de la photographie.

Vous pratiquez également la sculpture, de quelle manière trouvez-vous cet art complémentaire de votre pratique photographique ?

J'ai développé mon travail sculptural pendant mes années aux Beaux-Arts en parallèle de mes projets photographiques. Je me suis aperçue que je m'intéressais aux mêmes questions quelque soit le médium, comme l'intervention de la lumière sur un volume ou la fixation d'un temps déterminé… J'explore ainsi la relation de l'image photographique et de la réalité physique des volumes. Je cherche à créer ce dialogue dans mon travail et, dans mes présentations, ces deux médiums ne sont presque jamais dissociés. J'ai d'ailleurs écrit un mémoire sur ce rapport entre la photographie et la sculpture en m'appuyant sur l'exemple des photographes Bernd et Hilla Becher qui ont été primés à la Biennale de Venise en 1990 avec le prix de sculpture.

Où vous situez-vous aujourd'hui dans votre évolution artistique ?

Je pense n'être qu'au début de mon évolution artistique, c'est en tout cas ce que je me souhaite ! Je constate l'évolution déjà accomplie pendant ces quelques années en école d'Art et je pense que mon travail n'a pas fini d'évoluer tout en restant cohérent. Du moins, c'est ce que je pense.

Quels sont vos projets en cours et à venir ?

Je viens tout juste de terminer le projet d'exposition Géographies Nomades. Le projet en cours qui va arriver rapidement est l'exposition du Bal, elle est prévue pour le mois de décembre 2012. Je repars bientôt dans une autre région en Grèce pour rapporter de nouvelles images. Les prochains projets d'expositions et associations ne sont pas encore tout à fait concrets, même s'ils sont en bonne voie. Pour le reste, j'ai trouvé un atelier en banlieue parisienne dans lequel je peux travailler sur mes projets, ce qui était une de mes priorités quand j'ai terminé les Beaux-Arts.

Pouvez-nous parler de l'exposition Géographies Nomades ?

L'exposition Géographies Nomades a duré un mois et demi dans les salles d'exposition du Quai Malaquais. Elle a été organisée par Chantal Pontbriand en tant que commissaire de l'exposition. Par ce titre, elle voulait représenter cette nouvelle génération d'artistes par la question du nomadisme dans l'art contemporain. L'exposition valorisait surtout la diversité des pratiques, une circulation d’idées et de processus. Nous étions vingt-sept jeunes artistes et cela fut une très bonne expérience de travailler aux côtés de Chantal Pontbriand, Christian Alandete, Agnès Dahan, Eric Féloneau et de Fanny Didelon qui nous ont permis de réaliser chacun nos projets pour l'exposition.

Le Prix "Les Ecoles d'Art"

SFR Jeunes Talents et Le Bal s'associent pour la 4ème année consécutive et vous proposent une nouvelle édition du Prix "Les Ecoles d'Art". Ce Prix, créé en 2009, est destiné exclusivement aux étudiants des écoles d’art (publiques et privées) et aux étudiants diplômés depuis moins de 3 ans, et a pour but d'accompagner un lauréat dans la réalisation d'un projet de création d'une œuvre photographique documentaire. La participation au Prix "Les Ecoles d'Art" 2012 est ouverte jusqu'au 27 septembre 2012.

Partager
Signaler
Pierre Anthony Allard : "L'idée de transmettre mon expérience aux plus jeunes me plaît beaucoup"

Pierre Anthony Allard : "L'idée de transmettre mon expérience aux plus jeunes me plaît beaucoup"

A la rencontre des lauréats SFR Jeunes Talents / Polka 2012

A la rencontre des lauréats SFR Jeunes Talents / Polka 2012