A la rencontre des lauréats SFR Jeunes Talents / Polka 2012

Le 01/08/2012 à 05h08, par SFR Jeunes Talents

Partager

A la rencontre des lauréats SFR Jeunes Talents / Polka 2012

En l'espace de quelques années, le lien privilégié qui existe entre la Galerie Polka et SFR Jeunes Talents est devenu un axe fort de la photographie émergente. Pour la nouvelle édition de ce partenariat, le concours ne pouvait qu'accoucher d'une sélection d'exception sur le thème "Star d'un jour". En plus du prix des partenaires (Antoine Barbot) et de la mention spéciale du jury (Pierre Faure), ils sont cette année au nombre de 3 à avoir l'opportunité d'exposer à la Galerie Polka du 10 au 29 septembre et de publier l'une de leurs photographies dans le numéro d'octobre du magazine : Maxence B Cardon, Mami Kiyoshi et Fanny Viguier. 3 jeunes talents, 3 pratiques résolument modernes de la photographie et 3 discours qui remettent le monde en question. Pour mieux vous les présenter, nous avons choisi de vous imprégner de leurs séries remarquables à plus d'un titre. Lever de rideau.

 

Les lauréats

- Maxence B Cardon -

Passionné depuis l’enfance par la photographie, Maxence B Cardon a toujours su faire de la lumière un axe majeur de sa création. Perfectionniste et adepte de nouvelles techniques, cet artiste déploie une démarche photographique très personnelle au coeur d'un univers très plastique. Membre du collectif Max&Charlotte et déjà lauréat en 2011 du concours MAP sur la plateforme, Maxence B Cardon signe avec L'heure de gloire une étonnante série qui montre le sport et la solitude de l'exploit d'une manière totalement inédite. Le sujet n'est plus sous les spotlights et les pleines lumières des arènes frénétiques, il se voit simplement transfigurer dans un monde sombre où son triomphe devient personnel. Seul et loin de tout regard.


- Fanny Viguier -

Oubliez vos a prioris et les représentations socio-culturelles que vous vous êtes forgés au fil des années. Avec son travail très justement intitulé L'habit ne fait pas le moine, Fanny Viguier interroge en profondeur la représentation de l'autre à travers les notions d'âge, de rire et d'image sociale. En prenant pour sujets des bonnes soeurs, Fanny Viguier transgresse les codes et les traditions pour démontrer que même ce qui peut paraître immuable ne l'est pas tellement. Etrange, réussi et plein d'humour.


- Mami Kiyoshi -

Elle s'intéresse à l'histoire. A toutes les histoires. Racontée par quelqu'un, elle peut être à la fois mythe, conte ou simple anecdote. En sondant les personnalités, la photographe japonaise Mami Kiyoshi fixe leur univers et les immortalise au gré de ses rencontres et de ses portraits fantaisistes. Récompensé par de nombreux prix, son talent éclate au grand jour avec New Reading Portraits, une série de portraits tendres et décalés qui nous immergent dans un foisonnement culturel et poétique. Elle aime la mise en scène et ça se voit. En ne laissant rien au hasard, elle réussit à résoudre la délicate équation qui réunit deux approches très différentes de la photographie : le documentaire et l'imaginaire.


Mention Spéciale du Jury

- Pierre Faure -

 

Pierre Faure ou quand la beauté vient du précaire. Dans la grande tradition de la photographie sociale, le photographe nous propose avec cette série de portraits une immersion au sein d'une communauté Roms d'environ 200 personnes installée sur un terrain en friche de banlieue parisienne. Les conditions de vie y sont précaires : l'accès à l'eau et à l'électricité y est limité... Et pourtant, leur dignité, leur fierté et une élégance toute spéciale confèrent à ces hommes une certaine "aura".


Le prix des partenaires

- Antoine Barbot -

Voilà un travail qui ne laisse pas indifférent. Evoquant tantôt l'art folklorique du trophée de chasse et l'univers de la science-fiction à la Star Trek, Antoine Barbot redéfinit avec la série We Are Beautiful la pratique du portrait et interroge l'humanité dans son rapport avec elle-même. Là où le portrait actuel évoque d'habitude un appétit boulimique d'image et d'amour de soi-même, cette série montre l'individu dans une posture futuriste et figée. Le présent apparaît comme d'ores et déjà mort. Inquiétant.


 

Infos pratiques

Exposition SFR Jeunes Talents du 10 au 29 septembre
Polka Galerie
Cour de Venise
12, rue Saint-Gilles
75003, Paris

Partager
Signaler
Dorothée Davoise : « Je pense n'être qu'au début de mon évolution artistique »

Dorothée Davoise : « Je pense n'être qu'au début de mon évolution artistique »

Laura Morsch : "L'art et les artistes, l'engagement ont toujours fait partie de l'univers d'agnès b"

Laura Morsch : "L'art et les artistes, l'engagement ont toujours fait partie de l'univers d'agnès b"