Reportage au coeur du vernissage du Festival Circulation(s)

Le 24/02/2011 à 06h02, par SFR Jeunes Talents

Partager

Reportage au coeur du vernissage du Festival Circulation(s)

Vendredi 18 février à la Galerie Côté Seine au Parc de Bagatelle, se déroulait le vernissage presse de Circulation(s), le festival de la jeune photographie européenne qui se déroule du 19 février au 20 mars 2011. L'occasion de s'immerger dans un univers où la vitalité de la jeune création bouillonne. Et de faire la rencontre des quatre lauréats SFR Jeunes Talents.

 

Au milieu du jardin botanique, les paons vaquent tranquillement à leurs occupations sous un ciel gris plomb. A leurs côtés, quelques panneaux photographiques viennent troubler leur quiétude et indiquent qu'un événement se trame. Puis, au détour d'un petit chemin, un escalier se dérobe et c'est la Galerie Côté Seine qui se dévoile pour le Festival Circulation(s). La ligne de départ pour un grand voyage au cœur de la jeune photographie.

Car, oui, le festival Circulation(s) est avant tout un voyage. Un périple à travers des pays, des histoires, des sensibilités artistiques de tous horizons qui donnent un panorama, un aperçu de l'énergie de la jeune photographie européenne. Ils viennent de plusieurs contrées différentes, et quand on les rencontre, les accents se colorent de sonorités latines, slaves ou nordiques. Mais qu'ils viennent de France, de Belgique, de Lituanie, de République Tchèque, de Russie ou d'ailleurs, tous ces artistes ont au fond des yeux ce même amour pour la photographie, un amour patiemment cultivé en école d'arts ou en autodidacte qui arpente les territoires et les rues à la recherche de l'esthétique parfaite, du cliché qui les fera vibrer.

Alors quand le visiteur déambule dans les 400 m² de l'espace d'exposition au Parc de Bagatelle, il est d'emblée happé par des univers très développés et très vastes. La série Vision périphérique de Tim Parchikov frappe par le rendu dépouillé de Magnitogorsk, une ville sacrifiée sur l'autel de son industrialisation. Avec Zones Naturelles, le travail du photographe indépendant Jean-Jacques Ader saisit l'œil en déracinant des enseignes publicitaires bien connues pour les ensevelir au milieu d'un environnement typiquement rural. Puis, de surprises en découvertes, de rencontres en débats, l'espace SFR Jeunes Talents fait partir sur les traces d'Orlando Pereira dos Santos, Alban Lécuyer, Aurélie Belair et Chiara Dazi. Quatre artistes lauréats et quatre façons bien distinctes d'appréhender l'art.
 

 
"Une occasion extraordinaire"

L'ambiance est cordiale et prouve qu'exposer en galerie avec SFR Jeunes Talents tisse des liens au travers d'une aventure collective. Entre les lauréats, les regards se révèlent complices, les sourires partagés et les taquineries souvent de mise pour détendre l'ambiance. On partage le même hôtel, le même enthousiasme. "C'est très important pour moi, surtout à un moment où je commençais à ne plus y croire" nous confie Aurélie Belair. "C'est incroyable comment 4 jours intenses dans un univers qui ne m'appartient pas peuvent m'amener jusqu'ici" ajoute de son côté Chiara Dazi avant qu'Alban Lécuyer insiste sur "l'occasion extraordinaire" que cette expo représente. Et puis, on affronte les mêmes journalistes : RFI, France Inter, Photographie.com ou encore Europe 1. Un exercice de recul sur son travail et de dialogue avec le regard extérieur qui, il faut l'avouer, n'est pas toujours évident quand on a passé le nez collé à ses séries.

Avec une remarquable aisance, Alban Lécuyer expose une série qui renverse le processus habituel des destructions d'immeubles et fait réfléchir quant à la mémoire et à la valeur portée aux habitats et aux architectures. Plus discret mais tout aussi intéressant, Orlando Pereira dos Santos met en avant sa série Motorizadas qui traduit bien l'importance cruciale la moto et de certains constructeurs au Portugal à une époque antérieure à l'entrée dans l'Union Européenne. Puis, la scénographie de l'exposition réserve aussi des confrontations opportunes. Au centre de l'espace SFR Jeunes Talents, la force du travail brut sur la réalité de Chiara Dazi - qui s'est immergée dans un quartier de Liverpool et a laissé ses rencontres parler d'elles-mêmes - s'oppose à la série ultra graphique, composée et minutieuse d'Aurélie Belair pour qui "l'utopie est toujours une image de quelque chose". L'instantané face à la patience. La réalité face à l'utopie. Deux opposés qui traduisent bien toute la diversité à laquelle peut aboutir un concours SFR Jeunes Talents.

---
Infos Pratiques

Dates :

Du 19 février au 20 mars 2011 à la galerie Côté Seine.

Horaires d’exposition :
Du 19 février jusqu’au 1er mars : tous les jours, de 11h à 17h
A partir du 2 mars : tous les jours, de 11h à 18h30

Adresse :

Galerie Côté Seine, Parc de Bagatelle,
Entrée coté galerie : Route de Sèvre à Neuilly
M° Pont-de-Neuilly & bus 43
ou
Entrée coté parc : Allée de Longchamp, 75016 Paris
M° Porte Maillot & bus 244 (Bagatelle - Pré Catelan)

 
Texte : Pascal Debomy
Photos : Jean-François Busin

Partager
Signaler
Caroline David (lille3000) : "Au premier regard, une impression forte doit apparaitre"

Caroline David (lille3000) : "Au premier regard, une impression forte doit apparaitre"

Patrick Tourneboeuf (Parrain SFR Jeunes Talents Photo 2011) : "L'esthétique a une importance. Ce qu'il y a derrière aussi"

Patrick Tourneboeuf (Parrain SFR Jeunes Talents Photo 2011) : "L'esthétique a une importance. Ce qu'il y a derrière aussi"